Mon Epargne TV

Accueil > Bourse > La Bourse de Paris inerte malgré des espoirs sur l’économie chinoise

La Bourse de Paris inerte malgré des espoirs sur l’économie chinoise

mercredi 17 avril 2019, par FranceTransactions.com (avec AFP)

La Bourse de Paris inerte malgré des espoirs sur l’économie chinoise

A 09H32 , l’indice CAC 40 prenait 2,26 points à 5.530,64 points. La veille, l’indice a clôturé en hausse de 0,36%.

Les investisseurs ont déjà pris connaissance de la croissance du premier trimestre en Chine : déjouant les prévisions, elle s’est stabilisée à 6,4% sur un an, en dépit d’une demande mondiale en baisse et de la guerre commerciale avec Washington.

La production industrielle chinoise a enregistré une croissance plus forte, progressant de 6,5% au premier trimestre sur un an, soit 1,2 point de plus que sur la période janvier-février.

"Les statistiques chinoises dépassent les attentes, procurant un peu de soulagement du fait que le ralentissement dans la deuxièmeéconomie mondiale n’est pas aussi terrible qu’on le craignait", affirme Neil Wilson, analyste chez CMC Markets.

Si ce dernier chiffre de la croissance du produit intérieur brut chinois "donne une raison d’espérer", il faut "cependant garder en tête que l’économie chinoise croît à son rythme le plus faible depuis trois décennies", nuance-t-il.

Sans compter que l’OCDE a mis en garde mardi la Chine contre l’endettement massif de ses entreprises, "l’un des plus élevés du monde", qui constitue un "défi majeur".

En revanche, l’Allemagne, locomotive de la zone euro, s’apprête mercredi à abaisser un peu plus ses prévisions de croissance pour 2019. Le gouvernement doit publier ses pronostics trimestriels à 09h00 GMT, lors d’une traditionnelle conférence de presse. Selon les médias allemands, Berlin table désormais sur un produit intérieur brut enaugmentation de 0,5% cette année, contre 1% attendu en janvier.

Le FMI, qui a abaissé la semaine dernière sa prévision de croissance de l’Allemagne pour 2019 à 0,8%, exhorte la première économie européenne à utiliser sa marge de manoeuvre budgétaire pour investir davantage.

Le Japon a pour sa part dégagé un excédent commercial en mars pour le deuxième mois de suite après une série de déficits, mais il s’est affiché en repli de 32,6% sur un an sur fond de recul des exportations.

Les investisseurs s’attarderont en cours de séance sur l’inflationen Grande-Bretagne et en zone euro (mars), sur la balance commerciale de février aux Etats-Unis et sur le Livre beige préparatoire à la prochaine réunion du FOMC des 30 avril et 1er mai.

  • Vallourec en tête du SBF 120 -

Sur le tableau des valeurs, L’Oréal montait de 1,89% à 54,85 euros après des ventes ayant dépassé les attentes au premier trimestre.

Danone reculait de 0,98% à 69,00 euros malgré un chiffre d’affaires en hausse de 0,9% au premier trimestre 2019.

Fnac Darty grimpait de 3,61% à 74,60 euros, dopé par sonentrée en négociations exclusives en vue d’acquérir les magasins Nature&Découvertes.

Vallourec se hissait en tête du SBF 120 (+7,08% à 2,27 euro) après avoir remporté un important contrat pour la fourniture de tubes de conduite rigides au Brésil.

Crédit Agricole grappillait 0,20% à 12,40 euros après l’annonce d’un protocole d’accord pour rapprocher sa filiale de services aux investisseurs institutionnels Caceis et les activités similaires de l’espagnol Santander.

Peugeot, dont les ventes sur la "région Chine" (qui inclut l’Asie du sud-est) se sont effondrées de près de 60% sur les trois premiers mois de l’année, avançaitde 0,99% à 24,45 euros. Renault, dont les immatriculations de voitures neuves ont progressé de 2,3% en mars sur un an, prenait 0,97% à 62,63 euros.

Pernod Ricard cédait 0,42% à 155,45 euros après l’annonce du rachat du gin italien haut de gamme Malfy.

Publicis progressaitde 0,20% à 49,64 euros alors que l’agence de notation SP Global Ratings envisage de baisser la note du groupe de publicité, suite à l’acquisition de l’américain Epsilon pour 4,4 milliards de dollars.

GTT reculait de 3,26% à 84,65 euros, son chiffre d’affaires étant en repli au premier trimestre.

Haulotte Group s’envolait de 10,74% à 9,18 euros après un chiffre d’affaires trimestriel en hausse de 17%, à taux de change constant.

pan/soe/mcj